24ème titre mondial pour Antoine Albeau,
Sarah Quita championne du monde slalom,
Antoine Albeau et Delphine Cousin vainqueurs sur l’étape à Nouméa (PWA)

26/11/2017

A retenir :

  • La France domine le slalom mondial windsurf : 4 médailles mondiales pour les Français en windsurf

  • Antoine Albeau, vainqueur de l’étape et champion du monde slalom PWA

  • Delphine Cousin, vainqueur de l’étape et vice-championne du monde slalom PWA

  • Pierre et Marion Mortefon 3ème tous les deux sur l’étape et au classement mondial slalom PWA

  • Lilou Granier et Basile Jacquin : 1er Calédonien sur l’étape et au classement mondial slalom PWA

  • Thomas Goyard (FR856), 3ème du Aircalin Foil Challenge

  • Ils ont dit : Cousin, Albeau, Offringa, Goyard, Granier, Jacquin, Erdil, Didier Flamme manager de l’équipe de Fce

Après six jours de compétition sur la Airwaves Nouméa Dream Cup, Antoine Albeau (FRA92) et Delphine Cousin (FRA775) remportent la compétition. Ces deux riders Français membres de l’Equipe de France de Funboard remportent ainsi la dernière étape de la coupe du monde de slalom PWA. Au classement annuel slalom PWA, le géant Albeau s’impose en grand champion du monde et chez les femmes, c’est Sarah-Quita Offringa qui s’offre son 4ème titre mondial slalom.

Côté foil, l’Argentin Gonzalo Costa Hoevel (ARG4) remporte la Aircalin Foil Challenge après avoir dominé la compétition. Les Calédoniens ont quant à eux, brillé sur ce nouveau support comme Thomas Goyard (FRA856) 2ème, Nicolas Goyard (FRA465) 4ème ou Benjamin Tillier (NC39) 6ème.

La championne du monde slalom PWA 2017 n’est autre que la Caribéenne Sarah-Quita Offringa (ARU91) une fois encore ! 14 fois championne du monde, dont 10 fois en Freestyle et 4 fois en slalom (2017, 2016, 2015, 2011), la jeune femme a une fois de plus excellé en la matière. « Je suis super contente de mon titre de championne du monde. Mais ça fait bizarre car j’ai été sacrée avant de venir ici suite une erreur qui a été faite dans le classement et j’ai appris qu’il y avait une erreur quelques semaines avant de venir ici. (…) J’ai pu voir les compétences de Lilou Granier. Elle est super forte ! Si elle continue à s’entraîner, elle sera une sérieuse concurrente ! C’est dommage pour Lena Erdil qui s’est fait mal au pied. Elle n’a pas pu défendre son titre. Marion Mortefon a super bien navigué aussi ! C’est bien parce que chez les femmes le niveau est monté. » A Nouméa, après un début de semaine irrégulier, elle termine finalement 2ème.

Sur l’étape, Delphine Cousin la grande gagnante, a été la plus régulière avec cinq manches où elle termine en tête. « Je suis super contente ! L’objectif est rempli. Je savais un peu que pour le titre mondial c’était compliqué. (…) Et bravo à Sarah ! » s’enthousiasme Delphine. A croire que le plan d’eau calédonien lui réussit bien, puisqu’elle avait déjà remporté l’étape en 2015. Au classement général slalom PWA, Delphine remonte de deux places et s’offre ainsi l’argent ! La vice-championne de la catégorie prend de fait la place occupée provisoirement par la Turque Lena Erdil (TUR33) avant l’étape nouméenne. Lena réalise une contre-performance ici (4ème au classement mondial et sur l’étape). La Bretonne déjà triple championne du monde slalom (2014, 2013, 2012 Youth), ajoute ainsi une 2ème place mondiale à son palmarès.

 

Le podium Femme de la Airwaves Nouméa Dream Cup

Belle surprise pour la fratrie Mortefon, qui s’habille tout de bronze ! Les 2 Français briguent en effet les 3èmes places au classement mondial et sur l’étape, respectivement dans leur catégorie homme et femme. Marion était 5ème au mondial en arrivant à Nouméa, mais c’était sans compter sa persévérance et sa régularité sur le caillou (2 manches de 3ème, 3 de 4ème, une de 5ème). « Le plan d’eau ici n’est pas facile. (…) Et puis le niveau des filles était très serré ! Physiquement c’est fatiguant, les muscles sont constamment sollicités. Je suis super contente d’être 3ème ici au classement mondial c’est la première fois ! Au début de la semaine ça n’était pas gagné mais je me suis accrochée, je n’ai rien lâché » soutient Marion.

Pierre Mortefon (F14), habitué aux podiums, était quant à lui à la bagarre avec l’Anglais William Ross (GBR83) en débarquant sur la Grande Terre. « Les trois dernières années j’étais sur le podium. En 2015 j’étais même exæquo avec Antoine Albeau pour la 1ère place, mais j’étais le mauvais exæquo et c’est Antoine qui a été sacré. Mon objectif était de gagner ici. Je suis content de finir comme ça, même si la journée d’attente du vent n’a pas été facile à gérer. Finalement c’est bien que l’on n’ait pas couru aujourd’hui car c’était risqué (rires). C’est cool, on ramène 2 médailles mondiales à la maison avec Marion » précise Pierre. William Ross de son côté, termine 8ème à Nouméa et descend ainsi au pied du podium au classement annuel.

Le Géant Albeau (FR192) inscrit de fait un 24ème titre mondial à son palmarès ! « En réalité, depuis hier je savais que j’étais champion du monde vu les conditions météo d’aujourd’hui. Je ne voulais pas trop le dire mais j’étais super content. (…) C’est d’ailleurs l’une des plus grosses épreuves que l’on court. On a vraiment bataillé avec Matteo Iachino, ce n’était pas gagné du tout. Finalement ça s’est bien déroulé pour moi, et je suis ravi. Pour le classement général mondial, on était à quelques points avec Pierre Mortefon et Matteo Iachino. Du coup là encore j’étais un peu stressé. ». Matteo Iachino (ITA140) réalise une belle saison en conservant sa 2ème place au général mondial et sur l’étape.

 

Le podium Hommes de la Airwaves Nouméa Dream Cup

 Côté foil, l’Argentin Gonzalo Costa Hoevel a survolé la discipline en remportant le Aircalin Foil Challenge après 9 manches dont deux courues autour de l’îlot Canard aujourd’hui. L’objectif était de taille ici car la discipline sera inscrite au programme mondial de la PWA l’année prochaine. L’heure était au rodage. Cela a plutôt bien fonctionné pour le champion du monde calédonien en RSX : convertible 2017 (monotype de planche à voile) Thomas Goyard (FR856) qui monte sur la 3ème marche du podium ! « C’est trop cool d’être sur le podium en foil. C’est la 1ère fois que je me frotte aux meilleurs. Le foil c’est un peu la formule 1 des mers. (…) En slalom, c’était une 1ère pour moi à ce niveau-là. Je suis content car sur une manche j’ai fini dans les 16ers. » confirme Thomas. La performance de Nicolas Goyard, 2ème hier, est à saluer également. Suite à deux mauvaises courses aujourd’hui, il termine à la 5ème place. Le podium est complété par Maciek Rutowski (POL23).


Le podium du Air Calédonie Foil Challenge

 Chez les Calédoniens, Lilou Granier termine 1ère féminine sur l’étape et au classement mondial. « C’était super bien. Mon objectif était d’être dans le top 5. Hier j’ai failli me faire renverser du coup j’ai perdu des places. C’est chouette de se battre avec les filles. Elles ont un bon gros niveau ! ». A 17 ans, Lilou, déjà championne du monde -21 ans sur le circuit IFCA, confirme son ambition.

Basile Jacquin est quant à lui 22ème au niveau mondial et le 1er Calédonien homme sur cette compétition. « Je suis content car j’ai fait une manche de 4. Ça n’est qu’une manche mais quand même ! Il y a des choses à améliorer mais c’était aussi ma première. » précise Basile.

Une semaine agitée

Ces six jours de compétition dans la baie de l’Anse Vata a permis de départager les 80 riders engagés sur l’étape et de surcroît, au classement mondial PWA. La compétition a été rude d’autant que le vent s’est fait irrégulier sur la fin de la semaine : une dizaine de nœuds, orienté Nord-Est. La direction de course a pu lancer au total sept manches pour les hommes et huit chez les femmes en slalom, en alternance avec neuf manches de foil.

Ils ont dit :

Didier Flamme, manager de l’équipe de France de Funboard :

« Je suis super fier. Quatre podiums au classement mondial, c’est super. Je vais pleurer je crois. C’est un aboutissement de 10 ans de travail avec des soutiens, et des non soutiens. C’est un gros travail de structuration. Je remercie beaucoup Stéphane Krause, Julien Magurno, et David Lanier pour la météo. Aussi merci beaucoup à toute l’équipe de Kiné. C’est pour moi une grosse satisfaction. Je suis content aussi pour Julien Quentel qui termine 6ème. Pascal Toselli qui était sorti de l’équipe de France revient sur le devant de la scène. »

Sarah-Quita Offringa, championne du monde slalom PWA, et 2ème de la Airwaves :

« Je suis super contente de mon titre de championne du monde. Mais ça fait bizarre car j’ai été sacrée avant de venir ici suite à une erreur qui a été faite dans le classement et j’ai appris qu’il y avait une erreur quelques semaines avant de venir ici. Il a fallu que je revienne en mode compétition et ça n’était pas facile. Je n’avais pas forcément le bon matériel et du coup j’avais pas tellement confiance en moi. Et quand tu n’as pas confiance en toi, c’est très dur. C’est pour cela que j’ai été irrégulière au début de la semaine. Mais comme je suis super compétitive, je suis revenue dans le match. J’étais super contente d’être ici. J’ai pu voir les compétences de Lilou Granier. Elle est super forte ! Si elle continue à s’entraîner, elle sera une sérieuse concurrente ! C’est dommage pour Lena Erdil qui s’est fait mal au pied. Elle n’a pas pu défendre son titre. Marion Mortefon a super bien navigué aussi ! C’est bien parce que chez les femmes le niveau est monté »

Delphine Cousin, vice-championne du monde slalom PWA, et vainqueur de la Airwaves :

« Je suis super contente ! L’objectif est rempli. Je savais un peu que pour le titre c’était compliqué. Après j’ai fait ce que j’avais à faire et ça n’avait pas forcément bien commencé car j’avais cassé du matériel en Corée. Je suis super contente de ma place ici et au classement mondial. Et bravo à Sarah ! »

Marion Mortefon, 3ème au classement mondial slalom PWA, et 3ème de la Airwaves :

« Le plan d’eau ici n’est pas facile. Avec le clapot, il faut du matériel spécifique. Et puis le niveau des filles était très serré ! Physiquement c’est fatiguant, les muscles sont constamment sollicités. Je suis super contente d’être 3ème ici au classement mondial c’est la première fois ! Au début de la semaine ça n’était pas gagné mais je me suis accrochée, je n’ai rien lâché »

Pierre Mortefon, 3ème au classement mondial slalom PWA, et 3ème de la Airwaves : 

« Les trois dernières années j’étais sur le podium. En 2015 j’étais même exæquo avec Antoine Albeau pour la 1ère place, mais j’étais le mauvais exæquo et c’est Antoine qui a été sacré. Mon objectif était de gagner ici. Je suis content de finir comme ça, même si la journée d’attente du vent n’a pas été facile à gérer. Finalement c’est bien que l’on n’ait pas couru aujourd’hui car c’était risqué (rires). C’est cool, on ramène 2 médailles mondiales à la maison avec Marion »

Antoine Albeau, champion du monde slalom PWA, et vainqueur de la Airwaves » :

« En réalité, depuis hier je savais que j’étais champion du monde vu les conditions météo d’aujourd’hui. Je ne voulais pas trop le dire mais j’étais super content. J’étais quand même un peu stressé car il y a deux ans, j’avais eu de la casse matérielle. Comme quoi, tout peut arriver sur une épreuve. C’était une super édition ici. C’est d’ailleurs l’une des plus grosses épreuves que l’on court. On a vraiment bataillé avec Matteo Iachino, ce n’était pas gagné du tout. Finalement ça s’est bien déroulé pour moi, et je suis ravi. Pour le classement général mondial, on était à quelques points avec Pierre Mortefon et Matteo Iachino. Du coup là encore j’étais un peu stressé. »

Thomas Goyard, 2ème en foil et 31ème sur la Airwaves :

« C’est trop cool d’être sur le podium en foil. C’est la 1ère fois que je me frotte aux meilleurs. Le foil c’est un peu la formule 1 des mers. Le matériel est aussi très important. C’est 50-50 le bonhomme et le matériel finalement. En slalom, c’était une 1ère pour moi à ce niveau-là. Je suis content car sur une manche j’ai fini dans les 16ers. » 

Nicolas Goyard, 5ème en foil, 41ème au classement mondial PWA et, 24ème sur la Airwaves :

« C’est dur physiquement de gérer le foil et le slalom sur une même compétition. Je suis descendu du podium car ne j’avais pas le bon matériel pour du petit temps. Après, dans du vent fort, j’ai su montrer que j’étais à la hauteur. Je suis un peu déçu de cette place en foil. J’aurai pu mieux faire. C’est important de savoir tactiquer mais cela ne fait pas tout. Gonzalo est extrêmement fort ! »

Lilou Granier, 1ère Calédonienne Airwaves et mondiale, 5ème sur la Airwaves :

« C’était super bien. Mon objectif était d’être dans le top 5. Hier j’ai failli me faire renverser du coup j’ai perdu des places. C’est chouette de se battre avec les filles. Elles ont un bon gros niveau ! » 

Basile Jacquin, 1er Calédonien Airwaves, 22ème mondial et, 16 ème sur la Airwaves :

« Je suis content car j’ai fait une manche de 4. Ça n’est qu’une manche mais quand même ! Il y a des choses à améliorer mais c’était aussi ma première. »

Lena Erdil, 4ème mondiale et 4ème sur la Airwaves :

« Je me suis blessée à la cheville le 3ème jour. C’était très compliqué pour moi, d’autant que c’est la première fois que je me fais mal comme ça. Après c’est la vie, ça fait partie du sport et c’est déjà bien que je finisse 4ème ! »

Un classement provisoire dans un mouchoir de poche

25/11/2017

A retenir :

  • Delphine Cousin persiste et signe, Pierre Mortefon réalise une bonne opération

  • Deux enjeux majeurs demain : le classement sur la Airwaves et le classement mondial slalom PWA

  • Les podiums hommes et femmes sur l’étape se joueront ce dimanche

  • Briefing skippers demain 26 novembre à 9h30, départ possible 10h

  • Remise des prix dimanche 26 à 17h sur l’Anse Vata

  • Ils ont dit : Sarah-Quita Offringa, Didier Flamme (manager FFV de l’équipe de France)

Pas de répit pour les compétiteurs qui ont attaqué cette 5ème journée de compétition par une manche de foil. Sous un soleil de plomb et un vent établi au large de la baie, les 80 riders ont ensuite enchaîné les manches de slalom : deux pour les femmes, une et demie pour les hommes. Il ne reste désormais qu’une journée pour exceller : remise des prix demain à 17h. Les vainqueurs de l’étape et les champions du monde slalom PWA seront enfin connus. A terre, les spectateurs sont venus en masse assistés à cette avant-dernière journée de la dernière étape de la coupe du monde de slalom PWA.

La réputation ventée de l’Anse-Vata a repris du galon aujourd’hui à Nouméa avec un vent établi à 15-20 nœuds. Et c’est au large, près du Rocher César bien connu des kites surfeurs, que la direction de course a mouillé le parcours de la course.

Ce matin, en foil, les engagés ont couru deux manches, en directe - « full fleet » -, sans course de qualification. A la suite de ses belles performances du jour (2 et 3), Nicolas Goyard (FRA485) prend la 2ème place du classement provisoire de l’étape. Il se démarque ainsi par sa régularité. Gonzalo Costa Hoevel (ARG3) quant à lui, conserve la tête du classement général provisoire foil. A noter les places des Français, dont deux Calédoniens, de William Huppert (FRA330), Thomas Goyard (FRA856), Alexandre Cousin (FRA752) et Benjamin Tillier (NC39) qui complètement ce classement provisoire foil.

Chez les femmes, la direction de course a lancé deux manches (7 et 8). Delphine Cousin (FRA775) creuse l’écart avec ses adversaires sur l’étape. « Delphine ne lâche rien. C’est une bonne chose ! Marion Mortefon non plus d’ailleurs. Elle se replace dans le match avec les manches 7 et 8 » précise Didier Flamme, le manager de l’équipe de France de Funboard dont Delphine et Marion font partie. Delphine remporte les 2 manches du jour. Sa farouche concurrente Sarah-Quita a fait davantage preuve de régularité aujourd’hui, car elle termine deux fois 2ème. « Je suis plus régulière aujourd’hui. (…). Sur l’eau, c’est Delphine qui gère. Il faut que je sois dans le top 3 ici à Nouméa pour conserver mon titre mondial. Si non, ce sera pour Delphine (…) ». Tout se jouera demain. Ces deux leaders creusent leur avance sur Marion Mortefon (FRA118) qui a fait une bonne opération aujourd’hui avec une manche de 3 et de 4. Elle accède à la 3ème place au général provisoire. Les poursuivantes ne sont cependant pas loin, à deux points derrière ! Lena Erdil (TUR33) qui a chuté aujourd’hui, est à égalité de points avec la Calédonienne Lilou Granier (FRA1208), 5ème au classement provisoire de l’étape. La 3ème place est ainsi toujours aussi challengée.

La manche du jour (n°6) chez les hommes chamboule quelque peu le jeu établi. Pierre Mortefon (F14) se rapproche dangereusement de la 2ème place (0,6 points d’écart) en réalisant une très belle journée (3ème). « Bonne opération pour Pierre aujourd’hui. Avec les contre-performances de William Ross, Pierre devrait être sur le podium au classement mondial » confirme Didier. Antoine Albeau quant à lui, (FRA192), leader au général mondial PWA et de l’étape devance l’Italien Matteo Iachino (IT140) d’un seul petit point à Nouméa.

Côté Calédonien et Calédonienne

Basile Jacquin (FRA498) est actuellement le 1er Calédonien chez les hommes en slalom et, est 16ème au classement provisoire de l’étape. Nicolas Goyard (FRA485) est pour le moment 1er Calédonien en foil. Lilou Granier (FRA1208) domine sa catégorie femme slalom, Océane Lescadieu (NC815) est 11ème, Maëlle Fantin (FRA868) 13ème.

 

Ils ont dit :

Didier Flamme, manager de l’équipe de France de Funboard :

« Delphine ne lâche rien. C’est une bonne chose ! Marion Mortefon non plus d’ailleurs. Elle se replace dans le match avec les manches 7 et 8 Bonne opération pour Pierre aujourd’hui. Avec les contre-performances de William Ross, Pierre devrait être sur le podium au classement mondial.  Albeau a cassé son harnais aujourd’hui et du coup est en finale perdante. (…) Mais ça n’est pas fini, tout est possible. »

Sarah-Quita Offringa (ARU91), 2ème sur le classement provisoire de l’étape :

« Je suis plus régulière aujourd’hui. J’ai fait deux manches de 2, derrière Delphine. Sur l’eau, c’est Delphine qui gère. Il faut que je sois dans le top 3 ici à Nouméa pour conserver mon titre mondial. Si non, ce sera pour Delphine. J’essaye de ne pas regarder mes points en fait (rires). Avant-hier j’étais crevée, mais là ça va mieux. Le plan d’eau est un peu compliqué et aujourd’hui, après la journée de repos, on se donne à fond. Chez les Calédoniennes, la plus impressionnante c’est Lilou Granier. Elle a une vraie présence sur l’eau, elle n’est pas timide. Elle prend en plus de supers départs. Maëlle Fantin va bien aussi sur l’eau. Elle est dans la compétition. Basile Jacquin chez les hommes et Anthony Roudeillac sont supers motivés et contents. Lolas Heuze aussi est sympa. Antoine Albeau, c’est mon héros. Il est vraiment unique. Il a tellement d’expérience, même sous la pression, c’est incroyable. Il est d’ailleurs meilleur sous la pression ! Il est toujours là, il a quelque chose de plus. »

 

Victoire du Calédonien Benjamin Tillier
sur la 2
ème manche de la Aircalin Foil Challenge

24/11/2017

A retenir :

  • Première victoire sur une manche de foil par un Calédonien sur la Airwaves Nouméa Dream Cup

  • Trois manches de foil courues aujourd’hui

  • Bilan à deux tiers de la compétition : la tension est palpable

  • Briefing skippers demain 25 novembre à 9h30, départ possible 10h

  • Ils ont dit : Pierre Mortefon, Benjamin Tillier, Sarah-Quita Offringa

A deux jours de la fin de la compétition, les riders n’ont qu’une hâte : en découdre en slalom. Seulement, Eole en a décidé autrement aujourd’hui. Avec un vent oscillant entre 7 et 15 nœuds de Nord-Est virant Est en fin de journée, la direction de course a lancé trois manches en foil pour les hommes. Les riders slalom restés à terre pour se préserver, font le point sur les quatre premiers jours de course.

Sur la première manche du jour, c’est le Calédonien Benjamin Tillier (NC39) qui s’impose. Une belle 1ère victoire de manche Calédonienne sur ce AirCalin Foil Challenge ! L’Argentin Gonzalo Costa Hoevel (ARG3) (vainqueur hier en foil) termine 2ème. Le champion du monde en foil calédonien, Thomas Goyard, complète le podium après avoir été au coude à coude avec Benjamin sur les courses de qualification. « Ça n’était pas facile non. Les conditions sont très difficiles. Il faut à la fois être au bon endroit, et à la fois gérer le vent. C’est vrai que l’on privilégie là où il y a du vent. Ensuite vient la trajectoire » affirme Benjamin.

Gonzalo Costa remporte les deux dernières manches du jour et conserve ainsi la tête du classement général provisoire en foil. Le Polonais Maciek Rutkowski (POL23) remonte à la 2ème place. Grâce à sa 3ème place sur la dernière manche du jour, Nicolas Goyard (FR465) grimpe à la 3ème place au général provisoire. Son frère Thomas le talonne de près, suivi dans l’ordre d’Antoine Questel (FRA99) et de Benjamin Tillier (NC39) qui réalise une contre-performance sur la dernière manche (8ème). Faute de candidate, les femmes quant à elles, ne courent pas en foil sur cette édition. Il fallait être huit à prendre le départ.

Gonzalo Costa-Hoevel, en tête du Aircalin Foil Challenge

Premier bilan à deux tiers de la compétition

Chez les femmes, Delphine Cousin est actuellement en tête du classement provisoire de l’étape. Pour que la Française brigue la 1ère place au classement mondial, il faudrait qu’elle remporte l’étape et que Sarah-Quita termine 4ème. Mais rien n’est joué même si la Caribéenne Offringa est bien installée dans sa course. Il reste deux jours de compétition.

Chez les hommes, la tension est palpable. Pour le moment sur l’étape, c’est Albeau qui domine, à la lutte avec Iachino Matteo en 2ème place du provisoire. Pierre Mortefon occupe la 3ème place et William Ross la 7ème. William Ross doit remonter à la 6ème place sur l’étape pour passer devant Pierre Mortefon au classement mondial. Autant dire que les jeux sont serrés aussi pour la 3ème place du podium du classement mondial PWA.

Tout se jouera ce week-end !

 

Ils ont dit :

Pierre Mortefon (FRA14), 3ème du classement provisoire sur l’étape :

« Je n’ai pas fait de calcul, je n’aime pas trop ça. Cela va se jouer jusqu’à la fin. Il va falloir que je sois dans les finales gagnantes pour assurer au moins un podium sur l’étape. Il y a pas mal de tension sur l’eau. C’est une année serrée car le niveau est homogène en flotte. Il y a un petit groupe devant et un autre groupe de 15 derrière qui est très présent. Du coup ça pousse et si tu fautes, tu peux te retrouver très bas dans le classement. Hier c’était compliqué avec le vent. Demain cela devrait être à peu près les mêmes conditions. Dimanche le temps devrait s’améliorer, il faudra tout donner. Je n’ai pas couru toutes les manches en foil car j’ai cassé ma planche et comme mes adversaires ne font pas de foil, j’en profite pour me reposer. Le foil c’est dur quand même, c’est dur de voler tout le temps, c’est fatiguant. Autant se préserver comme mes concurrents ! Et puis, en foil, on teste, on jauge le plan d’eau. C’est une nouvelle discipline donc on n’est pas encore bien calé. L’année prochaine, la PWA devrait s’ouvrir à la filière avec un titre de champion du monde. Chez les femmes, le niveau n’a jamais été aussi élevé ! Ma sœur Marion est un peu tendue, il faut qu’elle lâche un peu aussi. Si on peut ramener deux coupes à la maison, ce serait super ! »

Benjamin Tillier (NC39), vainqueur de la 1ère manche :

« Ça n’était pas facile non. Les conditions sont très difficiles. Il faut à la fois être au bon endroit, et à la fois gérer le vent. C’est vrai que l’on privilégie là où il y a du vent. Ensuite vient la trajectoire. Car s’il n’y a pas de vent, c’est la chute. Et là ça devient compliqué de remonter le peloton. C’est chouette de gagner une manche. Quand ça fonctionne, c’est bien. »

Sarah-Quita Offringa (ARU91), au repos aujourd’hui :

« Il y a beaucoup de talents dans ce sport et en Nouvelle-Calédonie aussi. J’ai 26 ans et j’ai commencé quand j’avais 9 ans la planche à voile. Je ne sais pas si je ferai de la compétition encore longtemps ! Je ne sais pas si je continuerai comme Antoine Albeau : 20 ans encore, c’est long ! (rires) Je suis la seule ici qui fais toutes les disciplines : vagues, slalom et freetsyle. Et c’est vrai que j’aimerai qu’il y ait plus de monde qui fasse de la planche. Globalement le sport forge le caractère, ça donne tellement de choses positives. Ce que je ressens sur l’eau ? Je me sens libre et heureuse. »

 

Des manches décisives

23/11/2017

A retenir :

  • Première course en foil sur la Airwaves Nouméa Dream Cup

  • Delphine Cousin prend la tête du classement provisoire de l’étape

  • Temps shifty et choix de matériel primordial

  • Briefing skippers demain 24 à 9h30, départ possible 10h

  • Ils ont dit

Le vent de l’Anse-Vata était capricieux aujourd’hui. Les conditions météo rencontrées sur le AirCalin Foil Challenge lancé ce matin, annonçaient la tendance du jour. Le temps shifty a bousculé l’ordre établi chez les femmes et ravivé le match chez les hommes. Les messieurs ont couru la manche cinq et les mesdames, la manche cinq et six.

Du foil !

Le départ de la AirCalin Foil Challenge a été donné à 10h15 pour 32 compétiteurs. Sur cette course qui ne compte pas pour le classement mondial PWA slalom, il fallait faire des choix tactiques. C’est l’Argentin Gonzalo Costa Hoevel (ARG3) qui s’impose, non sans difficulté devant le Calédonien Nicolas Goyard (FRA465). « On s’est bien tiré la bourre tous les deux. J’ai fait quelques erreurs tactiques mais au global j’avais une grosse speed. 20 nœuds au près et entre 26-27 nœuds au travers » confirme Nicolas. Dès que le vent le permettra – de petites conditions sont nécessaires -, la direction de course pourra lancer des manches de foil afin de mettre à l’honneur cette nouvelle discipline en vogue. D’ailleurs, les Calédoniens Benjamin Tillier (NC39) ou encore le champion du monde Thomas Goyard (FRA856) en sont friands !

Redistribution de cartes en slalom

La direction de course a dû jongler avec les 15 nœuds de vent d’Est et les rafales à 29 nœuds. A trois reprises, les coureurs ont patienté en attendant qu’Eole revienne et se stabilise. Chez les femmes, cette journée a quelque peu redistribué les cartes. La favorite Sarah-Quita a fait une très belle manche 5 malgré de redoutables adversaires. « Le plan d’eau n’est pas du tout facile aujourd’hui. Avec le clapot et les rafales, ça complique la compétition. Déjà que tu te bats contre les filles, il faut en plus lutter contre les éléments » commente la Caribéenne. Elle remporte cette première manche du jour devant Delphine Cousin et la Turque Lena Erdil.

La manche 6 a relancé le débat : Sarah-Quita réalise une contre-performance en terminant 9ème et laisse ainsi la part belle à la Bretonne, qui remporte la manche. A noter, c’est la plus régulière de l’étape à Nouméa. Lena, de son côté fait une mauvaise chute et abandonne la course. Le peloton file. Lilou Granier profite quant à elle d’une fausse manipulation de la Japonaise Ayako Suzuki (JP61) qui tombe à l’eau, pour se surpasser. Elle boucle la manche à la 2ème place. Cette dernière pourrait bien briguer la 3ème place au classement général provisoire de l’étape si cette lancée est conservée. Delphine Cousin détrône ainsi Sarah-Quita de sa première place du classement provisoire de l’étape.

Du côté des hommes, la bagarre s’intensifie. Pierre Mortefon réalise une belle journée en terminant 3ème sur la manche du jour. Au général provisoire de l’étape, il grimpe aussi sur la 3ème marche, laissant son concurrent anglais William Ross à la 7ème place. Antoine Albeau ne lâche rien et remporte la manche du jour. « C’était long aujourd’hui. C’était très irrégulier au niveau du vent. Il y avait parfois de grosses rafales et parfois pas de vent. Le choix de matériel est important dans ces cas-là. Les grandes voiles, on ne peut pas les gérer dans du vent trop fort » explique Antoine. Belle performance de Pascal Toselli qui termine 3ème sur la manche. Matteo, réalise sa contre-performance et se place en 5ème position.

Ils ont dit :

Nicolas Goyard (FRA465) à propos du Aircalin Foil Challenge, 2ème :

Ça ne s’est pas mal passé, j’ai été plus vite que les autres. Beaucoup sont restés à gauche sur le plan d’eau, alors qu’avec l’Argentin Gonzalo Costa Hoevel, on est allé à droite. On s’est bien tiré la bourre tous les deux. J’ai fait quelques erreurs tactiques mais au global j’avais une grosse speed. 20 nœuds au près et entre 26-27 nœuds au travers. Au global je suis content de cette course en foil. »

Sarah-Quita Offringa (ARU91), vainqueur sur la manche 5 :

« Le plan d’eau n’est pas du tout facile aujourd’hui. Avec le clapot et les rafales, ça complique la compétition. Déjà que tu te bats contre les filles, il faut en plus lutter contre les éléments ».

Lilou Granier (FRA1208), 2ème sur la manche 6 du jour :

« J’ai pris un départ moyen mais j’ai fait un bon choix de matériel, plus léger. La Japonaise est tombée et j’en ai profité pour passer. Ensuite j’ai assuré, je suis contente. J’avais changé le matériel après la manche 5. »

Antoine Albeau (FRA192), 1er au classement général provisoire de l’étape :

« C’était long aujourd’hui. C’était très irrégulier au niveau du vent. Il y avait parfois de grosses rafales et parfois pas de vent. Le choix de matériel est important dans ces cas-là. Les grandes voiles, on ne peut pas les gérer dans du vent trop fort. »

Matteo Iachino (ITA140), 5ème de la manche 5 :

« J’ai eu un problème de timing de synchronisation. Je suis parti un peu à l’aveugle mais je suis relativement satisfait car je suis bien remonté. J’avais une bonne vitesse. Pendant la pause, je mange des pâtes préparées par mon amie qui me soutient. »

Résultat AirCalin Foil Challenge :

ARG-3 1.  Costa Hoevel
F-465 2.  Goyard
FRA-752 3.  Cousin
FRA-99 4.  Questel
FRA-91 5.  Bordes
POL-23 6.  Rutkowski
FRA-330 7.  Huppert
FRA-856 8.  Goyard
FRA-39 9.  Tillier
NC-1 10.  Rouys
NB-20 11.  Vrieswijk
FRA-2 12.  Augé
GER-777 13.  Reuscher
FRA-1508 14.  Doomloye
BRA-767 15.  Isaac
SXM-421 Quentel
 

 « Ça va cartoucher »

22/11/2017

A retenir :

  • Grosse journée pour les riders dans du vent fort

  • Briefing slalom demain 23 à 10h

  • Les places sont chères

  • Ils ont dit

C’est dans des conditions dantesques que les 80 riders engagés sur la 2ème journée de la Airwaves Nouméa Dream Cup se sont affrontés. Sur cette dernière étape de la coupe du monde de windsurf slalom PWA, les points se resserrent, la fatigue se fait sentir. Il ne faut rien lâcher : il reste encore quatre jours de compétition. Par ailleurs, la jeunesse était à l’honneur cet après-midi avec la NRJ Kids Race.

« Ça va cartoucher aujourd’hui ! » commente la Calédonienne Océane Lescadieu face à la mer. 20-25 nœuds ont bien soufflé sur le plan d’eau de l’Anse Vata, forcissant dans le même temps que le ciel s’est découvert au fil de la journée. Pas de windfoil Challenge donc, au vu du vent fort. Les hommes ont couru deux manches et demie, tandis que les femmes, se sont affrontées sur trois manches.

La fin de la 3ème manche chez les hommes, a été lancée à 10h30 ce matin. Re-boosté, Antoine Albeau (FRA192) s’’impose devant Pierre Mortefon (F14) qui fait une belle performance. « C’était chaud pour tout le monde ! (…) Je ne voulais rien lâcher car Marco n’était pas loin et il s’accroche. Mon but était d’aller le plus vite possible dans le champ de bosses. Je ne lâche rien » précise le Narbonnais. L’Autrichien Marco Lang le talonne de près et termine 3ème. Basile Jaquin court décidément dans la cour des grands puisqu’il termine 4ème de la manche 4, derrière l’Italien Matteo Iachino.

Au classement général provisoire sur l’étape, après quatre manches, Matteo passe devant Albeau avec 10 points d’écart. C’est Pierre Mortefon, 10 points derrière, qui complète le podium provisoire. Il faudra redoubler d’efforts car les poursuivants Sebastian Kördel (GER220) et Marco Lang (AUT66) ne sont pas loin.

Matteo Iachino, en tête du classement provisoire après 4 manches

Chez les femmes, Delphine Cousin (FRA775) gagne en confiance et après la 4ème manche, elle est même première au général provisoire sur la Airwaves, à 10 points de sa farouche adversaire Sarah-Quita. C’est dire si la bataille est rude chez les rideuses ! Le trio Quita-Cousin-Erdil a dominé le classement des manches du jour. Lilou Granier se frotte régulièrement aux meilleures en se plaçant en dans le top 4 sur la manche 3 et 4. C’est aussi la bagarre en milieu de tableau sur le classement provisoire de l’étape entre la jeune Maëlle Fantin, Marion Mortefon et Marion Guilbaud.

Delphine Cousin, en tête du classement provisoire après 4 manches

Par ailleurs, cinq jeunes de la base nautique de Lifou ont spécialement fait le déplacement ce mercredi pour courir comme les pros sur la NRJ Kids Race. Partis de l’îlot Canard, les jeunes de moins de 17 ans, ont profité du parcours slalom des pros pour faire une manche.

« Je suis très content d’être là. J’ai déjà fait plusieurs compétitions sur Nouméa. Nous sommes quatre à venir mais j’aimerais qu’il y ait plus de femmes. Dans notre culture kanak, elles doivent plutôt rester à la maison. C’est une sorte d’inégalité. Il n’y a pas que le volley et le football, il y a la planche aussi ! » s’enthousiasme Michel Kokoetha, 17 ans, qui finit 3ème de la manche. Cette NRJ Kids Race a été remportée par Lucien Aymeric

Ils ont dit :

Antoine Albeau (FR192):

« Les conditions sont vraiment agréables. On est tous rapides. C’est le départ qui est primordial. Si tu n’es pas là au départ, c’est compliqué de rattraper les adversaires. Les deux dernières minutes dans la zone de pré-départ sont importantes car on va quasiment tous à la même vitesse. Chaque finale courue chaque jour est primordiale. Le niveau est vraiment très très serré. »

Yann Bouverne, ex manager sportif FFVOILE de Funboard :

« Sur la longueur on devrait voir les pro reprendre le dessus. Plus il y a de vent pour Delphine Cousin par exemple, plus elle excelle. Et c’est la même chose pour les hommes. La fatigue va se faire sentir et c’est à ceux qui la gèreront la mieux. On remarque que Basile Jacquin fait de belles percées, notamment sur la 4ème manche où il se qualifie pour la manche gagnante »

Classement NRJ Kids Race

1 - Lucien AYMERIC

2 - Titouan LEBRISOUAL

3 - Michel KOKOETHA

4 - Paulo WIPLIER

5 - Brice ADAMS

6 - Marius BIGER

7 - Xenimana MAGNE

8 - Axel RALEB

9 - Camille DIKO

10 - Clémentine MONOT

11 - Teiki HEUZE

12 - Mathieu COURTOT

Jour J pour la Airwaves Nouméa Dream Cup (PWA)

20/11/2017

A retenir :

  • La Airwaves Nouméa Dream Cup a ouvert ses portes aujourd’hui

  • Les hommes ont couru une manche et demie, les femmes, une seule

  • La Calédonienne Lilou Granier termine 2ème, au coude à coude avec Delphine Cousin

  • Chez les hommes, la compétition s’annonce serrée

  • « Ils ont dit »

  • Briefing skipper 22/11 : 10h

Top départ pour la première journée de la coupe du monde de slalom PWA ! Les conditions météo étaient réunies pour ces belles premières manches de la Airwaves. Les 64 compétiteurs ont couru une manche et demie, les 16 filles une seule. A noter la belle performance de la jeune Calédonienne Lilou Granier qui termine seconde sur le fil.

Les riders ont couru dans 20 nœuds de vent sur un slalom à quatre virements (jibes). Les seize courses dans chaque manche, ont permis d’établir un classement de 1 à 64. L’objectif est de prendre le moins de points possibles sur l’ensemble de la compétition, sachant que le premier gagne 0,7 pts, le deuxième 2 pts, le 3ème 3 pts et ainsi de suite.

Côté hommes, sur la première manche, l’Italien Iachino Matteo n’a pas failli à sa réputation et a dominé l’ensemble des heats. Il remporte ainsi la première manche, laissant la quatrième place à Antoine Albeau. L’Autrichien Marco Lang (AUT66) termine deuxième. Pierre Mortefon (F14) complète le tableau. « C’était tendu chez les hommes. Iachino montre qu’il ne va rien lâcher sur cette épreuve. L’anglais William Ross a quant à lui fait une contre-performance. Ça va être chaud jusqu’à la fin ! » commente Didier Flamme le manager de l’Equipe de France. Avant de s’élancer sur la seconde manche, les coureurs font le plein d’énergie. La méthode Iachino ? Se délecter d’un énorme plat de raviolis ! La seconde manche n’a pas été courue entièrement. Elle sera terminée demain matin.

Côté femmes, la jeune Espoir Calédonienne Lilou Granier a donné du fil à retordre à sa cadette Delphine Cousin (n°4 mondiale actuellement) en finale. C’est finalement Delphine qui s’impose non sans mal devant Lilou. Pour preuve, les deux rideuses ont coupé la ligne quasiment en même temps ! « Cela s’est joué à 1 mètre ! » précise Didier Flamme. « J’ai pris un mauvais départ sur cette course. Lilou en revanche en a pris un super bon. Ça n’a été facile pour moi mais je suis super contente d’avoir gagné cette manche ! Je la connaissais déjà sur d’autres courses et Lilou navigue bien. Je pense que oui, en effet ça peut être une sérieuse concurrente pour la suite » commente Delphine. Selon le manager de l’Equipe de France, « la relève est assurée côté filles. Le nom de Lilou Granier circule même à la Fédération Française de Voile pour la Soirée des Champions où est élu le ou la championne de l’année. » C’est la Japonaise Yuki Sunaga (JPN470) qui complète le podium sur cette première manche.

A terre, les spectateurs étaient au rendez-vous ! Avec la course commentée et retransmise en direct sur l’écran géant, comprendre les enjeux de la course est un vrai jeu d’enfant !

Demain, le briefing skipper est prévu à 10h, premier départ possible à 10h30.


Delphine Cousin et Lilou Granier, la jeune calédonienne, au coude à coude sur la ligne d'arrivée !

Ils ont dit

Didier Flamme, Manager de l’Equipe de France :

« Ce sont de supers conditions ! C’était un peu ma crainte mais finalement, c’est parfait. Chez les femmes ça commence super bien. C’est Delphine qui gagne et Sarah est plutôt loin. Le schéma est pour le moment le plus optimiste possible. C’était tendu chez les hommes. Iachino montre qu’il ne va rien lâcher sur cette épreuve. L’anglais William Ross a, quant à lui fait une contre-performance. Ça va être chaud jusqu’à la fin ! la relève est assurée côté filles. Le nom de Lilou Granier circule même à la Fédération Française de Voile pour la Soirée des Champions où est élu le ou la championne de l’année. Lilou rate la victoire sur cette manche de 5 mètres. On peut clairement qu’elle joue dans la cour des grands. Ça met plus de concurrence entre Sarah-Quita et Delphine. C’est bien ! »

Laurent Giovanelli (NC888) :

« Je suis prêt, bien préparé, fin prêt comme on dit ! J’ai déjà participé à la PWA et cette année l’objectif c’est d’être dans la première moitié du classement, dans les 32èmes. »

Thomas Goyard (FR856) :

« Je suis excité et impatient de prendre le départ. Le vent est plutôt fort donc c’est cool. C’est pour moi une première la PWA. Je suis issu de la filière olympique, c’est un autre circuit. Mon objectif est de me situer sur cette course. Si j’arrivais en finale, ce serait vraiment super ! »

Maëlle Fantin (FRA868), 16 ans

« Ça va, je ne suis pas trop stressée. J’ai hâte de voir ce que cela donne ! »

Océane Lescadieu (NC815), 22 ans

« J’ai participé aux 3 éditions de la Airwaves. Ca fait plaisir de retourner sur l’eau. L’ambiance avec les pro c’est top. L’objectif est de prendre du bon temps. »

Lilou Granier (NC1208), Championne du monde jeune circuit IFCA à Hyères, 17 ans

« Je suis détendue, il n’y a pas d’enjeu. C’est plus pour s’amuser, se faire plaisir ! C’est la 2ème fois que je participe à la compétition. » Après la course : « Je suis partie devant et du coup j’ai cru que j’avais loupé le chrono (rires) ! »